Blog

Bike Sharing : la Suisse dans le peloton de tête

Marginal il y a à peine dix ans, le bike sharing est aujourd’hui incontournable dans la plupart des grandes villes. Loin de déroger à la règle, la Suisse est désormais partie intégrante du mouvement.

Au cours des dernières années, les plus citadins d’entre nous ont vu apparaitre une myriade de deux-roues d’un nouveau genre. En à peine une décennie, les vélos en libre-service sont devenus des éléments à part entière du paysage des grandes villes.

 

Pratiques, écologiques et en phase avec les besoins de leurs contemporains, les solutions de Bike Sharing ont connu une croissance exponentielle au cours des dernières années. Au point que le nombres de vélos destinés au partage a plus que triplé en trois ans, pour dépasser les 2 millions d’unités en 2016. Si l’immense majorité d’entre eux arpente les routes chinoises, la tendance est globale et la Suisse est loin d’être à la traine ! Une véritable révolution, qui mérite que l’on y consacre un petit tour de piste.

Tout commence par une provocation

Révolutionnaire, le Bike Sharing l’est depuis sa création. En effet, la paternité du concept revient à un groupe d’anarchistes hollandais baptisé Provo qui, dans les années 60, a inondé les rues d’Amsterdam de vélos peints en blancs, destinés à être utilisés librement avant d’être laissés à disposition des usagers suivants. Une belle initiative, sans doute un peu en avance sur son temps : faute d’antivols, les vélos ont rapidement disparu dans la nature.

Les nouvelles technologies à la rescousse

Il aura fallu attendre plus de vingt ans pour que l’idée soit remise au goût du jour par des acteurs plus sérieux, grâce à des systèmes permettant d’identifier les usagers au moyen de cartes magnétiques. Pavant ainsi la route au Bike Sharing tel qu’on le connait aujourd’hui, basé sur les applications pour smartphones, et sur la géolocalisation qui permet de trouver facilement les stations et les vélos disponibles.

 

L’essor du Bike Sharing est donc intimement lié au progrès technologique, mais son succès doit également beaucoup à l’évolution des mentalités. Les considérations écologiques sont devenues omniprésentes dans les esprits, et le modèle de la voiture individuelle est en net recul.

 

Pour toutes ces raisons, le Bike Sharing est aujourd’hui largement adopté, avec autant de modes d’utilisations qu’il y a d’usagers. La formule séduit aussi bien les touristes que les promeneurs, et fait fureur auprès des étudiants et des pendulaires.

Des systèmes complémentaires

On distingue deux grands types de systèmes de Bike Sharing. Dans la formule avec stations, les vélos sont empruntés et rendus auprès de stations fixes. Cette solution est la plus largement répandue. La formule dite des « vélos flottants » permet de localiser les vélos disponibles via une application, et de les déposer où bon nous semble après utilisation.

 

La solution basée sur les stations fixes offre de nombreux avantage, particulièrement sur le marché suisse. Ainsi, la présence de stations facilite la localisation des vélos, qui seront toujours situés au même endroit. De plus, pour peu que l’on souhaite cheminer en groupe, elle permet de centraliser les vélos et de ne pas avoir à se disperser aux quatre vents pour en dénicher un nombre suffisant.

Chaque chose à sa place : la vision helvétique

Dernier point, et non des moindres, ce système permet de conserver la propreté et l’ordre chers aux habitants des villes suisses. À titre de comparaison, la Chine a au contraire opté pour une large diffusion du système des vélos flottants. Un rapide tour sur Internet permet de prendre la mesure des dérives du phénomène : des rues entières bloquées par des centaines de vélos posés négligemment, et de véritables décharges à ciel ouverts où s’entassent à perte de vue des deux-roues abandonnés, victimes d’un développement chaotique. Impensable en nos contrées !

La Suisse dans le sprint final

Avec le développement de l’offre PubliBike, la Suisse se dote enfin d’un acteur de poids en la matière, et plus rien n’entrave l’essor du Bike Sharing en terre helvétique. Système et réseaux entièrement modernisés, introduction de vélos électriques et nombreux développement à venir : un bref détour par la carte des réseaux et des stations PubliBike, placés après analyse approfondie des besoins et en lien avec l’offre de transports publics, devrait suffire à vous persuader d’adopter la formule.

 

À ce titre, le réseau bernois flambant neuf vient tout juste d’être inauguré, et la ville de Fribourg est sur les starting-blocks, avec un lancement prévu le 3 juillet !

by

PubliBike

Mobile de A à Z

 

PubliBike propose depuis 2009 plusieurs réseaux de bike sharing partout en Suisse tout en élargissant constamment son offre.